4 bonnes raisons de lire « Pourquoi l’art est dans la rue ? »

Pourquoi l’art est dans la rue ? est un essai rédigé par le street artiste Codex Urbanus. Au fil d’une centaine de pages, il propose une vision à la fois personnelle et documentée de ce qui fait, selon lui, l’essence de l’art urbain. C’est un livre intéressant, qui se penche sur de nombreuses thématiques : le rôle des réseaux sociaux dans cette discipline, sa récupération par diverses institutions, la liberté qu’elle véhicule, sa portée sociale et politique… Voici quatre bonnes raisons de se plonger dans cette lecture !

img_4062
Biceros Mantis, par Codex Urbanus

#1 Le ton caustique

C’est court, simple, clair, précis. Ce manifeste s’inscrit dans une démarche qui fait coïncider le fond et la forme. Codex nous parle de l’art le plus populaire qui soit et il a bien fait de se tenir loin du style pédant et ampoulé de l’universitaire coincé entre quatre murs. Il s’emploie même à faire tout le contraire. Des expressions de tous les jours arrivent naturellement: « perso », « genre », bordel »…. Le ton est très direct, on a l’impression d’être face à un pote qui nous donne son point de vue en toute franchise.

#2 Les anecdotes, amusantes et intéressantes

On apprend un certain nombre de choses en lisant ce livre. Je ne vous dévoilerai pas tout, mais une question que je me posais depuis longtemps a enfin trouvé sa réponse : pourquoi les graffs qui ornent les RER sont-ils barrés ? Et si vous ne le savez pas, vous découvrirez aussi pourquoi Keith Haring a commencé à poser dans la rue, quelle technique a employée Jerome Mesnager pour peindre son premier Corps Blanc, ou bien comment Ben en est venu à faire une fresque à Belleville. Plus généralement, on comprend d’où vient le street art, dans quel contexte il est apparu et selon quelles dynamiques il évolue actuellement.

#3 La finesse de l’analyse

C’est une analyse fine et pertinente sur le street art que nous propose Codes Urbanus. Il prend bien soin de le séparer du tag et du graffiti et distingue trois branches au sein de la discipline : le simple fait de squatter des murs avec des oeuvres au style reconnaissable, l’utilisation de la rue en parallèle d’un travail en atelier et le fait de rompre avec l’art contemporain académique pour se tourner vers la rue. Vous en découvrirez plus à la page 34 de l’ouvrage, mais ce passage illustre bien la manière dont l’auteur propose une pensée aussi édifiante que synthétique. Tout s’articule fluidement et on évite l’écueil d’une lecture laborieuse face à un fourre-tout d’informations.

#4 Une définition du street art

On sort de la lecture avec l’impression qu’on nous a fourni toutes les clés pour se fabriquer sa propre définition de l’art urbain. Codex en dresse une tout au long de l’ouvrage, très complète, et libre à nous, lecteurices, de piocher dans ce qui nous parle. C’est une sorte de boite à outils que je trouve drôlement utile. Quand je parle de street art avec un.e non initié.e, une question revient inlassablement : « Oui mais en fait c’est quoi le street art ? » Et il n’est pas toujours évident de répondre. Ici, l’accent est surtout mis sur l’illégalité, réhabilitant ainsi le véritable art urbain. Certes, les parcours officiels du 13e permettent de voir de belles choses. Mais il est important de regarder ces fresques en sachant ce qu’elles sont : du muralisme. Codex nous permet notamment de comprendre cette nuance et de parcourir nos rues avec un regard plus éclairé.


Pourquoi l’art est dans la rue ? Origines et contours d’un mouvement majeur et sauvage de l’Art Contemporain – Codex Urbanus – Critères Editions – 18€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :